Douce nuit sous les flocons

Rupture de chronologie. J'interromps ma série de photos du mois de juillet pour vous montrer en images mon premier bivouac hivernal de la saison. Ayant environ 4 mois de retard dans le tri de mes photos, il vous faudra attendre un peu pour en voir plus.

Mise en garde: les conditions météorologiques ont atteint, durant la nuit, une intensité que personne ne prévoyait; et ce type de bivouac peut être très dangereux. En hiver, lorsque la météo est mauvaise, il est important de bivouaquer à proximité d'une cabane.


27 octobre, 18h56, 1700m d'altitude: on voit des herbes qui dépassent.

22h20

22h36


22h37: je commence à déneiger mon abri.

23h05

23h05

23h18

02h24

2h33

2h34: j'enlève la neige!

2h52

5h21

5h36: je déneige!

5h53

8h00

8h01

28 octobre, 8h49. En comparaison (les parties droites des deux photos donnent une idée de la hauteur de neige):

27 octobre, 18h56

29/10: dans la poudreuse, j'enfonçais à la verticale sans aucune difficulté mon bâton de 125 cms (le 28/10, je n'ai pas pris de photo, mais ça marchait aussi!).


Conditions cette nuit-là: fort vent du Nord; rafales à 120 kms/h enregistrées à Chamrousse, mais sur mon lieu de bivouac, j'étais plutôt bien abrité de ce vent; température: aux alentours de -9°C.

Je précise que je recommande la prudence; et que le jour du départ, les prévisions météorologiques n'indiquaient pas du tout des chutes de neige d'une telle intensité (même pour le vent: "30 à 70 kms/h en prévision" contre "120 kms/h en réalité"). A noter: j'étais à proximité d'une cabane.

Pour les enfants: attention, je conseille de pratiquer ce type de bivouac uniquement sous la surveillance de leurs parents.

Commentaires


  1. La nuit a été mouvementée et courte. C'est fort !!

    RépondreSupprimer

  2. Tes mises en garde me semblent un peu légères. Au vu des photos, je dirais qu'il y avait là carrément danger de mort, non? J'imagine que tu étais équipé en vêtements isotherme de haut niveau pour
    résister à une nuit de froid comme ça sans chauffage.


    Comment fais tu pour quitter la zone avec 1,25m de poudreuse? Et s'il était tombé 2m?


    Pourquoi ne t'es tu pas réfugié dans la cabane?


    Ca fait peur tes photos.

    RépondreSupprimer


  3. Non, dans mon cas, il n'y avait pas danger de mort. J'avais mon sac de couchage, et 2 kgs de nourriture très calorique (fromage, saucissons, pain, chocolat).


    Avec le blizzard, il eut été imprudent de rejoindre la cabane en pleine nuit. Il n'est jamais tombé 2m de neige en une nuit. Le record sur 24 heures pour un village comme Villard
    Reculas (1400m) est de 90 cms; j'avais ce chiffre en tête.


    J'ai rejoint la cabane dès que le jour s'est levé. Dans la poudreuse, j'ai mis plusieurs heures pour faire moins d'un kilomètre, mais l'effort n'était pas surhumain.


    Toutefois, il est vrai qu'avec un mauvais équipement et un comportement inadapté, ça aurait pu être catastrophique.


    Le météo a tourné, le scénario n'était pas prévu.


    Mais tu as bien raison: le ton de mes mises en garde est l'euphémisme. Heureusement que j'ai posé le bivouac à côté d'une cabane. Suite à ton commentaire, j'ajoute une mise en garde en
    introduction de l'article. Article qui pourrait ainsi avoir une portée "pédagogique".



    RépondreSupprimer
  4. philippe du Mans15 janvier 2017 à 06:48


    excellent !!!!


    mais tu n'as pas dû dormir tranquille !!! et peut-être même que tu n'as pas dormi du tout !!!


    en tous cas : clap clap !!!


    j'attends le reste des photos !!!


     

    RépondreSupprimer


  5. Oh, j'ai bien dormi une vingtaine de minutes tout de même!



    RépondreSupprimer

  6. Et donc c'était bien vrai, on ne m'a pas menti: il a bien neigé à Grenoble! Ici il fait beau et chaud...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire