Chartreuse et Belledonne - bivouac: Pas de la Coche (1989m), Col de la Vache (2534m) et Rocher Blanc (2928m) avec approche à vélo (2/2)

Après la descente du Col du Coq à vélo, j'arrive à Brignoud (218m). En attendant un peu de compagnie, je fais sécher ma tente sur la place du marché.

Vers 1300m d'altitude, nous attachons les vélos et commençons la randonnée à pied...


Face au Col de la Vache (2534m).
Bouquetins.



Après le franchissement du Col de la Vache (2534m), nous descendons près du Lac de Cos (2182m) pour bivouaquer tranquillement sous la pluie.

Lac Blanc, 2248m (à ne pas confondre avec le Lac Blanc, 2161m, qui est à la fois plus au Sud et plus à l'Ouest).

Lacs des Sept Laux.


Col de l'Amiante (2802m).



Rocher Blanc, 2928m (contre 2926m pour la Croix de Belledonne). Troisième plus haut sommet de Belledonne.




Au fond de la photo, on voit le Lac de Grand Maison (1600m environ).

De retour au Col de la Vache, il ne nous reste plus que de la descente.

Dimanche soir. 

Commentaires

  1. Carlos Falchi handbags15 janvier 2017 à 06:48

    I am planning to visit Col de la Vache Mountain next month. It is one of the tallest mountain in the world and we this mountain is not much slippery so that we can reach its top easily. But we need to take all the safety precautions.

    RépondreSupprimer


  2. Salut !


    Une fois de plus tu me fais rêver.


    'Allez je prends mon vélo et mon sac à dos après le taf et je passe 2 nuits dans des paysages somptueux' Ton approche est merveilleuse. Pas besoin de partir à l'autre bout du monde pour vivre
    l'aventure. Mille fois bravo !!!


    Le week-end je me contente de prendre le vélo et de faire en aller-retour en passant une soirée chez des gens ou plus rarement en bivouac.


    Si jamais tu es de passage à Paris avant fin février, fais-moi signe !



    RépondreSupprimer


  3. Salut David,


    A Paris, il est plus difficile de prendre son vélo et de partir en montagne pour un week-end. Vivre à Grenoble est un privilège pour ceux qui aiment la nature, une chance qu'il est
    difficile de partager avec ceux qui vivent loin des montagnes. Toutefois, ton commentaire me réconforte: publier quelques photos sur Internet me permet de faire partager "le rêve", et
    peut-être que mon blog permet à quelques prisonniers du béton de s'évader. Enfant, j'ai vécu dans l'agglomération parisienne, et je supportais mal de passer mon temps enfermé dans du
    béton, entre des barres d'immeubles qui détruisaient tous les horizons. Je rêvais d'air pur. Je crois connaître tes projets; tu rêves, toi aussi, d'air pur et de grands espaces. Je te
    souhaite d'avoir la force d'aller jusqu'au bout de ton projet. Et si un jour tu passes à Grenoble, n'hésite pas à me faire signe: on pourrait aller bivouaquer avec les chamois!



    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire